Penny Was Right

Le 10 décembre 2021 les membres du groupe Penny Was Right nous ont offert leur dernier album Happy Machine. Ces dix chansons nous emportent au son d’un punk rock brut plus mature sur le chemin de ce qui fait de nous ce que nous sommes, les marques de la vie. 

Hello Penny Was Right, qui êtes vous ?

On est un groupe de punk à roulette. On fait de la musique pour passer un bon moment, on est 5 et on aime le Jager Bomb et les pizzas.

Quelle est l’histoire de votre groupe ?

Dalia a créé le groupe en 2013 avec l’envie de faire de la musique sans prise de tête pour faire sauter le public. Elle et Cara se sont rencontrés au Roller Derby et ont décidé de se lancer ensemble dans cette folle aventure. Depuis 2013, on a pas mal changé de line up avant de trouver notre forme actuelle.

Et pourquoi avoir choisi Penny Was Right comme nom ?

Parce que Pussycat Dolls était déjà pris… Plus sérieusement, c’est une référence à la série préférée de Dalia The Big Bang Theory.

Quel à été le processus de création de Happy Machine votre deuxième album (de l’écriture à lenregistrement en passant par la composition) ? A t’il été différent pour Dumb & Wild votre premier album et pour vos précédents EP ?

Happy Machine est un album particulier pour nous parce qu’on l’a composé pendant la pandémie. Donc une grande partie de l’album a été composée à distance durant les confinements. Ca a demandé de redoubler d’imagination et d’organisation. Un vrai challenge qu’on a tenté de relever aussi bien que possible.

Est-ce que vous avez une anecdote de studio (ou autre) à nous raconter ?

Un mois avant de partir en studio pour enregistrer l’album, on n’avait toujours pas pu tester en live les morceaux. Comme on avait tout composé à distance, on n’avait aucune idée du rendu réel. On n’avait aucun créneau pour répéter à cause du Covid et des couvre-feux. On a donc loué un château pour s’installer le temps d’un weekend et tester tous nos morceaux en vrai pour la 1ère fois à quelques semaines de l’enregistrement. La pression !

Quelles sont vos influences musicales principales ? Sont-elles différentes pour chacun d’entre vous ?

On a tous grandi avec le punk rock américain comme The Offspring, Blink 182, Sum 41, Nofx, Rise Against… Individuellement, on a des horizons plus larges et différents. On peut ainsi passer du hardcore au garage en passant par la salle de bain et Francky Vincent.

Avec quel groupe ou artiste vous rêveriez de partager un titre ?

Dave Grohl et Bonnie Tyler.

Votre album se nomme Happy Machine, quel est le message derrière ce nom ?

L’album représente les dualités qu’on peut avoir dans la vie. Les mécanismes et rouages qu’on se traine pendant des années et qui nous affectent. Et à côté de ça, on continue de garder espoir, d’avancer et de chercher le bonheur partout tous les jours. Dans l’album il y a des textes sombres qui traitent de l’absence d’un père ou du suicide, mais aussi des messages d’espoir et d’amour. C’est toute cette dualité, ces contrastes qu’on a voulu montrer. Happy Machine est la symbolique de tout ça.

Quels messages ou émotions cherchez-vous à faire passer à votre public à travers les chansons de ce nouvel album ?

Notre musique c’est un peu comme un feu de camp sur la plage au coucher du soleil. Ce qu’on cherche c’est que le public passe un bon moment. On veut que ça fasse renaitre l’adolescent qui sommeille en chacun. On est très beer, geek et skate.

On aime beaucoup l’image de ce robot tenant son coeur, pouvez-vous nous parler de la pochette de votre album ?

On avait quelque chose de très précis en tête. On a fait appel à un artiste indonésien qui était fan de notre musique. On a adoré la collaboration qui s’est passé naturellement.

Avez-vous des projets de concerts pour la suite ?

On commence à planifier des dates pour 2022. Tout ce qu’on peut dire c’est qu’on va prendre la route. Pour l’instant on a déjà Lyon et l’Angleterre de prévu… Affaire à suivre.

Auriez-vous deux titres que vous écoutez tous les cinq à proposer à nos lecteurs ?

Dammit de Blink182 pour l’état d’esprit  et Shake de The Creepshow avec qui on avait partagé la scène du Cirque Electrique et qui nous avait hyper impressionné sur scène.

Retrouvez Penny Was Right sur : Facebook, Instagram et Youtube.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :