Rakoon

Crédits photo : Joris Couronnet

Fruit d’une importante recherche sonore le nouvel album de Rakoon « Something Precious » sorti en septembre dernier nous propose un voyage émotionnel intense et surprenant. Nous vous laissons le plaisir de découvrir son univers au travers de ses réponses à nos questions. 

Salut RAKOON, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Salut ! Moi c’est Rakoon, j’ai 27 ans et je fais de l’Electro Dub aux influences très larges.

Qu’est-ce qui t’as amené à faire de la musique ?

J’ai grandi à Pigalle, à Paris, dans une rue où il y a plein de magasins de guitare, c’est assez logiquement que j’ai été attiré par l’instrument à mes 10 ans. La musique est très vite devenue une passion et j’ai eu envie d’écrire des morceaux très jeune, ça a pris plein de formes depuis tout ce temps sans jamais me quitter !

Pourquoi avoir choisi RAKOON comme nom d’artiste ?

Ado j’étais dans un groupe d’amis qui s’étaient tous attribués des animaux totems, quelqu’un a décidé que le raton laveur m’allait bien, et c’est devenu une sorte de compagnon de route qui me colle à la peau.

Quel est ton titre préféré dans l’album ?

Ça peut paraître convenu, mais pourtant c’est très sincère : tous ! J’ai passé presque deux ans à travailler sur cet album, et je voulais vraiment raconter une histoire cohérente dans laquelle chaque seconde de chaque morceau joue un rôle particulier. C’est donc impossible pour moi d’en détacher un en particulier, j’ai l’impression qu’enlever ne serait-ce qu’un titre rendrait l’histoire bancale.

D’où puises-tu l’inspiration qui fait l’essence de ta musique ?

C’est un mélange d’idées farfelues qui viennent de mon imagination et d’émotions assez intimes. J’ai des idées de mélanges de styles, de textures ou de couleurs sonores qui m’apparaissent, puis je fais coïncider ça avec des choses que je ressens, avec une histoire que je me raconte.

Quelle est l’histoire de « Hoi An » le 2ème single de « Something Precious » ?

Hoi An c’est l’emblème de l’album, le morceau représente vraiment les premières retrouvailles avec ce quelque chose de précieux. En commençant à travailler dessus j’ai ressenti quelque chose de très fort, d’indescriptible, que je n’avais pas ressenti avec autant de puissance depuis très longtemps. Assez logiquement, c’est devenu un fil conducteur pour tout l’album : mettre en musique quelque chose qui ne pouvait pas être décrit par des mots, que j’avais intensément envie de faire partager aux gens qui m’écoutent.

Quel est ton processus de création ?

Mon processus de création change à chaque album, pour celui-là, j’ai eu une période de recherche de presque un an avant de rentrer dans une phase de composition concrète. J’ai donc pris ce temps pendant l’année avant le confinement pour faire plein de démos, me chercher un nouveau son et trouver une cohérence dans la démarche de création de l’album. Une fois ce travail terminé, j’ai encore pris presque une année à concrétiser ces démos, un peu toutes en même temps.

Quelles sont tes influences musicales ?

Tout et n’importe quoi ! À la base de mon projet, il y a évidemment l’electro dub français et la psytrance qui étaient un point de départ pour trouver une base dans l’esthétique de ma musique, mais j’ai toujours aimé me laisser influencer par le plus de styles différents possibles !

Quelles émotions cherches-tu à faire passer au travers de ta musique ?

Je cherche à transmettre quelque chose à la fois de très personnel et très universel. Bien que sans paroles, mes morceaux racontent des sentiments très précis et intimes, mais le but est que les gens se les approprient, que les morceaux racontent une histoire qui leur appartient.

Peux-tu nous parler de ta collaboration avec l’illustrateur Miles Tewson pour la pochette de l’album ?

Dès le moment où j’ai découvert le travail de Miles, j’ai eu un coup de foudre pour l’intégralité de ses illustrations. J’ai donc pu lui donner une carte blanche pour les artworks des singles et de l’album, en lui racontant les émotions que je voulais retranscrire et je suis hyper heureux du résultat. C’était vraiment agréable de savoir à l’avance que je serai forcément content du résultat !

Pour la suite, as-tu des concerts de prévus ?

13.11 Montpellier – Le Rockstore

25.11 Bordeaux – Mac 3

26.11 Bretigny – Le Rackam

27.11 Lesneven – Festival Legendair

Et plein d’autres à venir !

Quels sont les deux titres que tu écoutes et que tu conseilles à nos lecteurs ?

Deux coups de cœur que j’écoute en boucle en ce moment :

King Gizzard – Minimum Brain Size

Rone – Waves Of Devotion

Retrouvez Rakoon sur : Facebook, Instagram et Youtube.

Par Amélie. G

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s