Oslo Tropique

Les membres du groupe Oslo Tropique – Crédit photo : Emmanuel Delpix

Oslo Tropique c’est un oxymore qui jongle entre la froideur et la chaleur, des riffs de guitare et une plume incisive et engagée. Nous les avons rencontré à l’occasion de la sortie de leur premier EP le 21 mai afin d’en savoir un peu plus.

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Nous sommes un quatuor rock toulousain créé en 2019. Une femme et 3 hommes, dans le désordre : Fred (guitare), Metty (batterie), Megane (basse) et Christophe (guitare, chant)

Comment vous êtes vous rencontrés ?

Nous nous sommes rencontrés dans le milieu rock toulousain ; nous avions déjà joué ensemble. Nous avions un répertoire avec Fred, et Megane nous a rejoints par la suite. Nous avons ensuite cherché un batteur. Quand Metty est arrivé dans le groupe, on a tout laissé tomber et on a recomposé tout un répertoire à quatre. On souhaitait qu’il y ait une véritable symbiose entre nous.

Quelles sont vos influences musicales majeures ?

Comme beaucoup de musiciens, elles sont nombreuses. Pour Oslo Tropique, on peut citer Royal Blood, Blood Red Shoes, Qotsa ou encore The Kills.

Quel est votre processus de création, d’écriture… ?

Nous avons essayé d’exalter ce que nous avions en commun. Et le plus petit dénominateur commun entre nous, c’est le rock brut, incisif et direct. On le vit comme une sorte d’exutoire. La musique est composée à quatre. On part d’une idée de l’un ou de l’autre : un pattern de batterie, un riff ou une mélodie. La musique d’abord, les mots viennent ensuite. Ils relèvent davantage du domaine de Christophe (chanteur). Les textes peuvent être symboliques, parfois obscurs mais il y a toujours des formules simples et accessibles. L’objectif est que l’auditeur prenne du plaisir avant tout, non pas qu’il se triture le cerveau. La quasi-totalité de nos textes sont sociaux et traitent de la surconsommation et de la crise écologique. Que voulez-vous, on vit une époque urgente !

L’EP – OSLO TROPIQUE

Pouvez vous nous parler de votre EP ?

Il sera composé de quatre titres dans la lignée du single  « Un Pavé dans l’Écran  » Il y aura un deuxième clip  » Les Grands Palaces  » pour accompagner cette sortie. Tout est chanté en français. C’est un peu notre marque de fabrique, allier un rock puissant et la langue de Molière. L’EP a été enregistré au studio L’Imprimerie à Toulouse avec Serge Faubert et mixé par Lionnel Buzac. C’est la même équipe qui avait réalisé le dernier album d’I Me Mine qui est sur le même label que nous à savoir : Les Jeudis Du Rock. Ensuite, on a choisi des titres qui nous résument bien. Normalement une fois que tu as écouté l’EP tu sais à quoi t’attendre.

Le titre « Un pavé dans l’écran » est un morceau brut et engagé, était-il important pour vous de mettre des images sur ces paroles ?

Oui, ça nous a permis de donner de l’impact au titre avec une dose d’humour ; ce qui fait du bien par les temps qui courent. Ce titre évoque ces moments où on laisse éclater sa colère chez soi, devant un écran ou un poste radio, en écoutant les nouvelles du jour mais ce sans jamais franchir le seuil de sa porte, descendre dans la rue ou militer d’une manière ou d’une autre. Si les auditeurs aiment ce titre, bien sûr ça nous fera plaisir mais si en plus, grâce aux images, une fois ou deux ça peut les pousser à sortir de chez eux alors cette chanson sera utile et ça pour nous c’est le Graal !

Le clip Un Pavé Dans L’écran

Elles ont été mises en image par le collectif HOTU, pouvez-vous nous en dire un mot ?

Pour ce premier clip, nous souhaitions apporter une vraie valeur ajoutée au titre audio. Pas juste de belles images mais quelque chose qui retienne l’attention. Hotu est un collectif très créatif, avec des clips extrêmement bien scénarisés. Ils savent également jongler entre le trash, l’humour et le sens. On leur a fait totalement confiance et ça a très bien fonctionné. Les premiers retours du clip montrent que le message est passé. Les gens apprécient l’énergie mais aussi l’esprit engagé du texte qui colle bien aux moments que nous traversons actuellement : confinés, interdit de culture, malmenés dans nos vies et nos métiers.

Face au contexte sanitaire, environnement actuel, les messages que vous souhaitez faire passer sont ils différents d’avant ? Bien plus forts ?

Il ne semble pas que la situation actuelle change l’idéologie de nos dirigeants et peu les comportements de nos concitoyens. Le chemin est souvent long pour sortir de l’alcoolisme, il en est certainement de même avec le consumérisme. Ceci dit, cette crise agit comme un révélateur des contradictions et absurdités de notre système et si ça peut accélérer des prises de conscience ça sera toujours ça de pris. S’il y avait un message supplémentaire à appuyer, il serait qu’il faut se méfier des extrêmes y compris quand ils viennent du centre. Donc différents non, mais plus forts peut-être. On peut aussi ajouter que si nous vivons une crise sanitaire de grande ampleur, ce n’est rien à côté de la crise écologique qui s’annonce. On verra bien ce qui est essentiel et ce qui ne l’est pas !

Avez vous des projets de concerts ? (Quand le contexte sanitaire s’y prêtera)

En salle comme en festival, nous avons un certain nombre d’options et pas mal de concerts qui n’ont pas pu se faire qu’il reste à reporter. On devrait pouvoir jouer un peu partout en France quand la situation le permettra. Sinon, pour contrecarrer la situation sanitaire, nous sommes en train de monter un projet de « concert roulant » pour cet été. L’idée est de jouer sur un camion qui déambule de rue en rue. On a déjà quelques villes intéressées, histoire de faire un pied de nez à ces absurdes fermetures de salles.

Pour finir, pouvez-vous proposer deux titres à nos lecteurs ?

Whispering sons « Surface » un titre très habité et Rouquine « Mortel  » très belle chanson.

Retrouvez Oslo Tropique sur : Facebook, Instagram et Youtube.

Par Jess. D

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s